petrovic njegos altinai
side by side

petrovic njegos altinai
symphonic melodie

petrovic njegos altinai
princeza

petrovic njegos altinai
strictement sur mesure en mesure sans ralentir

petrovic njegos altinai
Petrovitch & Robinson

petrovic njegos altinai
mikro

petrovic njegos altinai
fanny ardant

petrovic njegos altinai
le printemps du violon

petrovic njegos altinai
l'art de la fugue

petrovic njegos altinai

je suis née en france, en 1977, et je vis et travaille à paris. je suis d’abord formée à la photographie (prise de vue et laboratoire) auprès de laurent monlaü, un art que je pratique en parallèle de mes études au lycée montaigne puis à l’École d’architecture de paris-la-villette où j’obtiens mon diplôme d’études fondamentales (1999). motivée par une cinéphilie aigüe, je poursuis diverses formations en scénographie (École jacques lecocq), comédie (pico berkowitch), réalisation (pascal aubier) et cinéma (École internationale de cinéma et télévision, cuba) avant d’être admise au fresnoy - studio national des arts contemporains en 2004. au sein de cette dernière institution, j’obtiens mon diplôme de troisième cycle (master 3) et je réalise deux courts-métrages  « l’art de la fugue » (2005) est notamment sélectionné au festival de locarno, « side by side » (2006) est lui aussi programmé dans plusieurs festivals internationaux et présenté sous forme d’installation à la ferme du buisson. femme orchestre, je conçois, écris, réalise et monte, seule ou de concert. ainsi naissent de nombreux courts-métrages dont : « strictement en mesure sans ralentir » (2007), « princeza » (2009), « melodic symphony » (2011). en parallèle de cette démarche artistique, je réalise des clips et des publicités. je fais parfois l’actrice, pour les besoins de mes films ou le dernier long-métrage d’otar iosseliani, « chant d'hiver », aux côtés de mathieu amalric (2015). cinéaste mélomane et pianiste, mon amour de la musique et la vie m'entraînent vers d’autres univers : je crée et dirige un festival de violon pendant dix ans. mais il n’y a pas de temps perdu, les films s’écrivent dans ma tête, les scènes, les dialogues, les décors, les personnages… je noircis des pages et des pages de scénarios  « le sourire », « le complexe de cendrillon », de la comédie, de l’humain… mon univers est définitivement celui du burlesque, un genre que je développe actuellement à travers un film, « le bal des cercueils », qui retrace mon histoire rocambolesque avec le monténégro, pays découvert à l’âge de douze ans, à l’occasion du retour des corps de mes ancêtres royaux morts en exil en france. ce même moment où je découvre que je suis une vraie princesse. aujourd’hui je ne sais toujours pas ce que cela veut dire, ni pour les autres ni pour moi-même. prisonnière d’un conte de fées, moi ?